Georges Puchon invité de l'hebdo de Polynésie 1ère

     


08/01/2018
557 vues

Georges Puchon invité de l'hebdo de Polynésie 1ère

Le directeur du Port autonome de Papeete était l'invité de l'hebdo de la chaine de télévision Polynésie 1ère ce dimanche pour parler des grands chantiers 2018 du Port.

Vendredi, le Port autonome recevait la visite du gouvernement de la Polynésie pour évoquer les grands travaux qui rythmeront la vie de l'établissement durant l'année à venir.

Son directeur, Georges Puchon, est revenu sur ces projets d'aménagement au micro de Caroline Farhi : Le Port autonome c'est 5000 emplois, 25 milliards de masse salariale... on comprend aisément sa place dans l'économie du Pays... d'où provient le budget du Port? 

"Une partie de ses ressources propres, par les redevances d'amarrage, les redevances sur l'occupation domaniale... 60% des recettes viennent de nos ressources propres. Les 40% restants viennent de la taxe de péage. Ce sont toutes les importations transitant sur le site du Port. Cela finance nos infrastructures et nos investissements". 

Parmi les missions du Port : servir la clientèle et investir en permanence... cela signifie que les crédits se doivent d'être dépensés chaque année? 

"Effectivement, les textes le prévoient. Ce qui est perçu chaque année en taxe de payage, doit être réinjecté en investissements. On arrive à un tournant des schémas de croissance et des filières de développement économique, et le Port se doit d'accompagner la politique de développement du Pays. Sur les orientations du gouvernement, nous avons souhaité apporter notre part de contributions. C'est vrai que le Port représente un point stratégique. Il concentre 97% des importations du fenua. Le Port est un véritable poumon économique pour le Pays". 

Le nouveau Pont de Motu Uta : c'était un impératif pour le Port? 

"Oui, la zone est désormais très fréquentée. Il nous fut un pont qui puisse supporter les gros convois. A chaque fois qu'il y a un dépassement de 35 tonnes, nous sommes obligés de couper la circulation. Ce pont pourra régler définitvement cet inconvénient". 

Les travaux du terminal de croisière vont débuter en juillet : en plein dans la saison touristique. Il n'était pas possible de les faire débuter avant? 

"Le permis venant d'être déposé: nous sommes soumis à un calendrier. Il nous faut pouvoir démarrer au plus tôt.L'appel d'offres est prévu pour le mois d'avril. Il est possible de décler mais cela retarderait la mise en service.C'est un chantier très lourd. Dès janvier, nous allons commencer à démolir le bâtiment du Fare Manihini. Nous allons installer des palissades de protection. Au mois de juillet, nous espérons poursuivre avec le démarrage du chantier".

En marge de ce terminal : une passerelle piétonne qui mènera directement au marché. Elle devrait fluidifier la circulation? 

"Oui, et nous espérons aussi assurer une sécurité des personnes entre la partie maritime et la partie ville. Elle se fera sous forme de promenade de 6m et sera ouverte 7/7 jours."

On parle beaucoup de la baie de Phaeton : son aménagement augure un souhait de décentralisation du Port?

"Lors de notre réunion de vendredi dernier avec le président du Pays, le gouvernement nous a parlé de ses orientations. On peut envisager un plan d'aménagement de cette zone. C'est dans notre circonscription. Nous avions prévui d'aménager une marina mais le Pays souhaite un projet beaucoup plus large".

Quant au projet d'armer les agents de sécurité, notamment à la Gare Maritime, le directeur du Port autonome n'y voit pas d'urgence:

 "Nous avons cinq sites, au niveau de nos circonscriptions portuaires, classés par le Haut commissariat en zone de sûreté, où il y a nécessité de filtrage, de contrôles et de vigilance. Les interventions ne se font que pour des actes de malveillance. A ce jour, nous n'avons pas identifié d'urgence. S'il y a des risques en matière de terrorisme, les agent sde l'Etat viendront à l'appui. 

Georges Puchon directeur du Port autonome de Papeete